Zones du ciel les plus affectées par les constellations de satellites

Sur cette image annotée figure le ciel nocturne surplombant l’Observatoire Paranal de l’ESO à l’aube, quelque 90 minutes avant le lever du Soleil. Les cercles de couleur bleue indiquent la hauteur au-dessus de l’horizon.

Une nouvelle étude de l’ESO consacrée à l’impact des constellations de satellites sur les observations astronomiques révèle qu’une centaine de satellites seraient suffisamment brillants pour être visibles à l’oeil nu lors des phases crépusculaires (magnitude 5-6 ou inférieure). La plupart d’entre eux, entourés de petits cercles de couleur verte sur l’image, se situeraient à moins de 30 degrés au-dessus de l’horizon et/ou seraient relativement peu lumineux. Quelques autres, entourés d’un cercle de couleur rouge, se situeraient à plus de 30 degrés au-dessus de l’horizon – dans cette zone du ciel faisant l’objet de la plupart des observations astronomiques – et seraient relativement brillants (magnitude 3-4). A titre comparatif, Polaris, l’Etoile Polaire, est caractérisée par une magnitude égale à 2 : elle est 2,5 fois plus brillante qu’un objet de magnitude 3.

Le nombre de satellites visibles chute vers le milieu de la nuit, à mesure qu’ils entrent dans l’ombre de la Terre, cette zone sombre occupant la gauche de l’image. Les satellites situés dans l’ombre de la Terre sont invisibles.

Crédit:

ESO/Y. Beletsky/L. Calçada

À propos de l'image

Identification:eso2004a
Langage:fr-be
Type:Simulation
Date de publication:5 mars 2020 09:00
Communiqués de presse en rapport:eso2004
Taille:9000 x 9000 px

À propos de l'objet

Nom:Very Large Telescope
Type:Unspecified : Technology : Observatory

Image Formats

Grand JPEG
21,1 Mio
JPEG taille écran
388,7 Kio

Zoomable


 

Voir aussi notre