Les exoplanètes

La recherche de planètes en dehors de notre système solaire

"La plupart des spectrographes en opération auraient été incapables de séparer les faibles signaux découverts par HARPS du 'bruit de fond'."

Michel Mayor, Observatoire de Genève, codécouvreur de la première exoplanète
ESO Observations

La recherche de planètes situées hors de notre Système Solaire s'impose comme l'un des piliers de ce qui est peut-être l'interrogation la plus fondamentale de l'humanité : y a-t-il de la vie ailleurs dans l'Univers ? Les observatoires de l'ESO sont équipés d'un arsenal unique d'instruments pour la recherche, l'étude et le suivi de ces planètes appelées « exoplanètes » ou planètes extrasolaires.

Grâce au VLT, des astronomes ont été capables de détecter pour la première fois la faible lueur d'une planète extrasolaire, prenant ainsi la première photo d'une exoplanète. Ce nouveau monde est une planète géante, environ cinq fois plus massive que Jupiter. Cette observation constitue un premier pas majeur vers l'un des objectifs les plus importants de l'astrophysique du XXIe siècle : déterminer la structure physique et la composition chimique des planètes géantes et éventuellement, de planètes de type terrestre.
Voir le communiqué de presse eso0507.

Avec HARPS, le spectrographe de haute précision pour la recherche d'exoplanètes (par la méthode des vitesses radiales), des astronomes ont découvert pas moins de quatre planètes d'une masse inférieure à celle de Neptune en orbite autour d'une étoile proche, y compris une planète de deux masses terrestres – la plus petite jamais découverte- et une de sept masses terrestres située dans la zone habitable de son étoile. Cette planète tourne autour de son étoile en 66 jours environ. Les astronomes pensent que cette planète est couverte d'océan – un monde d'eau. Cette découverte constitue une étape majeure dans la recherche de planètes pouvant abriter la Vie.
Voir le eso0915.

Un autre télescope de La Silla, utilisant une technique innovante – les microlentilles gravitationnelles- fait partie d'un réseau de télescopes répartis sur le globe. Cette collaboration a permis de découvrir une nouvelle planète extrasolaire significativement plus semblable à la Terre que toutes les autres planètes découvertes jusqu'à présent. Cette planète dont la masse n'est seulement que de cinq fois la masse de la Terre, tourne autour de son étoile en à peu près 10 ans et possède certainement une surface composée de roches et de glace.
Voir le eso0603.

Une brochure spécifique sur les exoplanètes est disponible (en anglais).