Photo de la semaine 2012

3 décembre 2012

D'Antu à Yepun, la construction du VLT

L'ESO a cinquante ans cette année, pour célébrer cet anniversaire important nous allons vous montrer des morceaux de notre histoire. Une fois par mois durant 2012, une Photo de la Semaine comparant le Passé et le Présent montrera comment les choses ont changé durant les décennies au observatoires de La Silla et de Paranal, les installations ESO à Santiago du Chili et le Siège Social à Garching / Munich, Allemagne.

Le Very Large Telescope VLT, l'installation principale sur Cerro Paranal au Chili, est constitué de quatre Unit Telescopes (UTs) géants, chacun contenant un miroir de 8.2 mètres de diamètre, et de quatre Auxiliary Telescopes (ATs) mobiles de 1.8 mètres. Les deux photos de cette semaine montrent un Unit Telescope en construction et durant les jours actuels.

Le début des travaux sur le dôme du premier Unit Telescope (UT1) peuvent être vus dans cette image historique, prise vers la fin d'Octobre 1995. Les fondations en béton étaient finies et la partie inférieure du dôme y a été fixé. Les premières pièces de la partie tournante du dôme du télescope étaient également déjà mis en place, le début de la grande ouverture de laquelle le télescope observera et la lourde structure horizontale qui supporte les portes coulissantes peuvent être vus sur l'image. Le Unit Telescope a vu le jour le 25 Mai 1998 (Voir eso9820).

À l'inauguration de Paranal en 1999 (Voir eso9921), chaque UT a reçu un nom dans la langue de la tribu Mapuche. Les noms, Antu, Kueyen, Melipal et Yepun pour les quatres UTs allant de un à quatre, représentent quatre beaux et fameux aspects du ciel: Le Soleil, la Lune, la constellation de la Croix du Sud et Vénus [1] respectivement.

La photo de notre époque est celle de l'UT4, Yepun, qui a vu le jour en Septembre 2000 (Voir eso0028). Toutefois, elle sert, tout aussi bien que son jumeau UT1, à montrer la structure achevée du VLT car tous les UTs sont identiques. Seuls les instruments sur chacun d'eux sont différents ce qui donne aux astronomes une large gamme d'outils pour étudier l'univers. La structure jaune devant Yepun est la plate-forme de levage M1, qui peut être bougée entre les différents UTs et est utilisé lorsque les miroirs primaires géants de 8.2 mètres sont enlevés et revêtus périodiquement.

Durant les années après la photo historique, le premier des UTs a trouvé un nom, Antu, et une famille lorsque les autres télescopes l'ont rejoint au sommet de cette montagne. Aujourd'hui le VLT est le télescope astronomique le plus performant en lumière visible au monde, et Antu, Yepun et les autres télescopes de Paranal ont joué un rôle crucial pour faire de l'ESO l'observatoire terrestre le plus productif du monde!

 

Notes

[1] Yepun a été traduit comme "Sirius" au moment de l'inauguration de Paranal, mais après une investigation supplémentaire la traduction correcte semble être "Vénus".

Liens


12 novembre 2012

Une photographie, plusieurs histoires

L'Ambassadeur photographique d'ESO, Babak Tafreshi a photographié cette fantastique image du ciel au-dessus de l’Observatoire ESO à Paranal, montrant une multitude d’objets lointains. 

Le plus évident d’entre eux est la fameuse Nébuleuse de la Carène, resplendissant intensément rouge au centre de l’image. La Nébuleuse de la Carène se trouve dans la Constellation de la Carène, à environ 7500 années-lumière de la Terre. Ce nuage scintillant de gaz et de poussière est la nébuleuse la plus lumineuse dans le ciel et elle contient les étoiles les plus massives et lumineuses de la Voie Lactée, telle que Eta Carinae. 

La Nébuleuse de la Carène est le parfait exemple de laboratoire pour les astronomes afin de découvrir les mystères de la naissance et de la mort violentes des étoiles massives. Pour voir de merveilleuses images récentes de la Nébuleuses de la Carène faites par ESO, voir eso1208, eso1145 et eso1031.

Au-dessous de la Nébuleuse de la Carène, on peut distinguer l’amas de la Fontaine des Désirs (NGC 3532). Cet amas ouvert de jeunes étoiles s’appelle ainsi car à travers l’objectif du télescope, il ressemble à une poignée de pièces qui brillent au fond d’une fontaine des désirs. Plus à droite, on trouve la Nébuleuse Lambda Centauri  (IC 2944), un nuage resplendissant d’hydrogène et d’étoiles nouveau-nées qu’on appelle parfois la Nébuleuse du Poulet qui Court de part sa forme aviaire que certains croient distinguer dans sa région la plus brillante (voir eso1135). 

Au-dessous de cette Nébuleuse se trouvent les Pléiades du Sud (IC 2632), un amas ouvert d’étoiles semblable à son homonyme du Nord. 

Au premier plan, on distingue trois des quatre télescopes auxiliaires (TA) du Very Large Telescope Interferometer (VLTI). Grâce au VLTI, les TA – ou les télescopes de 8 mètres du VLT – peuvent être combinés pour devenir un seul télescope géant pouvant fournir plus de détails qu’un unique télescope ne le pourrait. Le VLTI est utile pour une vaste gamme de recherches allant de l’étude des disques circumstellaires autour des jeunes étoiles et des noyaux actifs de galaxies, un des phénomènes des plus énergétiques et mystérieux de l’Univers.

Lien


5 novembre 2012

Construire la résidence de Paranal - de la turbulence à la tranquilité

ESO fête ses 50 ans cette année et pour célébrer cet important anniversaire, nous vous montrons des bribes de notre histoire. Courant 2012, à raison d’une fois par mois, une comparaison spéciale d’ESO Avant et Aujourd’hui des "Photos de la semaine" montreront comment les choses ont changé au cours des décennies pour les sites des Observatoires de La Silla et Paranal, aux installations de Santiago du Chili et au Quartier Général de Garching bei München en Allemagne.

Avec la paire de photographies de ce mois, prises à l’Observatoire d’ESO au Paranal dans le désert chilien d’Atacama, nous comparons un chantier de construction en activité, tel qu’il apparaissait en Novembre 1999, et à ce jour: le bâtiment d’hébergement de l’Observatoire, connu comme la "Résidence de Paranal". Imaginez le changement entre ses deux époques: les bruits retentissants des marteaux-piqueurs, des perceuses, des tracteurs et des grues ont laissé la place au calme paisible d’un bâtiment mettant en valeur son environnement. Construit avec des matériaux et des couleurs naturels, niché dans une dépression existante du terrain, l’édifice terminé s’intègre parfaitement au paysage.

La Résidence fut construite comme un refuge pour les astronomes et autres employés devant travailler dans un des plus difficile environnement imaginable où l’extrême sécheresse, l’intense radiation ultraviolette du soleil, les forts vents et la haute altitude font partie de la vie quotidienne. Les entreprises qui ont construit la Résidence, bien que travaillant dans des conditions hostiles, ont ainsi créé une oasis très appréciée dans ce désert permettant au personnel de l’Observatoire de se mettre à l’abri de cet environnement aride. Le bâtiment est l’aboutissement de ce dur travail.

Cette Résidence primée compte plus de 100 chambres, ainsi que des espaces communs comprenant une salle-à-manger, un salon, une piscine, un centre de fitness et une bibliothèque. Elle bénéficie également de vue spectaculaire depuis sa façade ouest à travers le désert en direction de l’Océan Pacifique et du soleil couchant.

On remarquera également un autre élément dans ces deux photographies: à l’arrière de la Résidence, au sommet du Cerro Paranal, à 2600 mètres au-dessus du niveau de la mer, se trouve le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO. Il s’agit de l’Observatoire astronomique le plus avancé au monde dans le domaine de la lumière visible et la raison pour laquelle la Résidence et tous ceux qui y séjournent sont là!


29 octobre 2012

Un endroit pour dévoiler les mystères de l'univers froid.

Cette magnifique photo panoramique prise par Babak Tafreshi, un ambassadeur photographique d'ESO, montre les derniers rayons de soleil baignant le plateau de Chajnantor dans la région du désert d'Atacama au Chili. Le plateau est le domicile du télescope Atacama Pathfinder Experiment (APEX), que l'on peut apercevoir à gauche du panorama. Depuis cet endroit lointain à 5000 mètres au-dessus du niveau de la mer, APEX étudie "l'univers froid". 

APEX est un télescope de 12 mètres de diamètre qui observe la lumière à longueurs d'onde millimétriques et sub-millimétriques. Les astronomes qui observent avec APEX peuvent voir des phénomènes qui seraient invisibles à des longueurs d'onde plus courtes. Le télescope leur permet d'étudier les nuages moléculaires - de denses régions de gaz et de poussières cosmiques où les nouvelles étoiles naissent - qui sont noirs, assombris par la poussière dans la partie visible et infrarouge de la lumière, mais qui peuvent être très lumineuses à des relativement plus grandes longueurs d'onde. Les astronomes utilisent cette lumière pour étudier les conditions chimiques et physiques dans ces nuages. Cet intervalle de longueur d'onde est aussi idéal pour étudier quelque unes des galaxies plus jeunes et plus distantes de l'univers. 

Depuis le début des opérations en 2005, APEX a produit un grand nombre d'importants résultats scientifiques. Par exemple, APEX s'est associé au Very Large Telescope de ESO pour déceler de la matière déchirée par le trou noir au centre de la Voie Lactée (eso0841), un résultat qui compte parmi le top 10 des découvertes astronomiques d'ESO ESO Top 10 Astronomical Discoveries

Des amas de "penitentes" blancs sont visibles sur le sol atour d'APEX. Les "penitentes" (espagnol pour pénitents) sont un curieux phénomène naturel trouvé dans les régions de haute altitude, typiquement à plus de 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ce sont de fines pointes de neige durcie ou de glace, avec leur lames dirigées vers le soleil et qui atteignent de quelques centimètres à quelques mètres de hauteur. 

APEX est une collaboration entre le Max Planck Institute for Radio Astronomy (MPIfR), l'Onsala Space Observatory (OSO) et ESO. Le fonctionnement d'APEX à Chajnantor est confié à ESO. 

L'antenne de 12 mètres de diamètre d'APEX est aussi un prototype pour un autre télescope,  l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA). ALMA aura une panoplie de 54 antennes de 12 mètres et 12 antennes de 7 mètres quand il sera terminé en 2013. ESO est le partner européen dans ce complexe astronomique international, qui est une association entre l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'est, en collaboration avec la république du Chili. 

En savoir plus sur: 

Crédit: ESO/B. Tafreshi (twanight.org)


22 octobre 2012

La construction de VISTA, le plus grand télescope de sondage du monde

L'ESO a cinquante ans cette année, pour célébrer cet anniversaire important nous allons vous montrer des morceaux de notre histoire. Une fois par mois durant 2012, une Photo de la Semaine comparant le Passé et le Présent montrera comment les choses ont changé durant les décennies au observatoires de La Silla et de Paranal, les installations ESO à Santiago du Chili et le Siège Social à Garching / Munich, Allemagne.

Depuis Décembre 2009 le Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy (VISTA) a cartographié le ciel austral de l'observatoire ESO de Paranal au Chili. Ces deux photos de ce mois montrent le télescope VISTA, durant sa construction et le présent.

Cette image historique, prise à la fin de 2004, montre le bâtiment du télescope en construction. Le squelette de l'abris du télescope est visible sur sa base circulaire, entouré par une cage temporaire d'échafaudages. VISTA se trouve sur un sommet à environ 1500 mètres au nord-ouest de Cerro Paranal, le site du Very Large Telescope de l'ESO. Ce sommet a été abaissé de cinq mètres à une hauteur de 2518 mètres, créant ainsi une plate-forme de 4000 mètres carrés nécessaire pour les travaux de construction.

L'image actuelle montre le télescope VISTA achevé. L'abris du télescope est un bâtiment de 20 mètres de diamètre qui protège le télescope de l'environnement. Deux portes coulissantes de l'ouverture par laquelle le télescope observe, et un écran contre le vent peuvent fermer l'ouverture si besoin. Des portes additionnelles dans cet abris fournissent la ventilation pour contrôler les courants d'air durant la nuit. Un bâtiment auxiliaire, adjacent à l'abris et visible en avant-plan, contient des équipements de maintenance et un endroit pour revêtir la fine couche d'argent réflectrice sur les miroirs du télescope.

VISTA observe dans des longueurs d'onde proche de l'infrarouge, avec une caméra de 67 Mégapixels de 3 tonnes. Ce large miroir, grand champ de vue et détecteurs infrarouge très sensibles font de lui le plus grand télescope de sondage du monde.

VISTA a été conçu et développé par un consortium de 18 universités dans le Royaume-Uni, dirigé par le Queen Mary, University of London et est devenu une contribution à l'ESO pour l'acceptation du Royaume-Uni comme membre ESO. La gestion du projet pour la conception et la construction du télescope a été entrepris par le Science and Technology Facilities Council du UK Astronomy Technology Centre (STFC, UK ATC).

 

Liens


8 octobre 2012

VISTA avant le coucher du Soleil

L'observatoire Paranal de l'ESO, situé dans la région chilienne d'Atacama, est connu pour le Very Large Telescope (VLT), la principale installation de télescopes de l'ESO. Toutefois, durant les dernières années, le site est aussi devenu la demeure de deux nouveaux télescopes. Ces nouveaux membres de la famille de Paranal ont été créés pour prendre de larges portions du ciel rapidement et en profondeur.

L'un d'entre eux, le Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy (VISTA) de 4.1 mètres, est situé sur un sommet voisin pas loin du sommet de Paranal. Il est montré dans cette belle photo prise à partir de Paranal par l'ambassadeur photo de l'ESOBabak Tafreshi. VISTA est le plus grand télescope de sondage du monde et est en service depuis Décembre 2009.

Dans l'angle en bas à droite de l'image, VISTA apparait en face d'une cordillère semblant interminable qui se profile à l'horizon. Lorsque le coucher du Soleil s'approche, les montagnes jettent de longues ombres, qui couvrent lentement les couleurs brunes de ce magnifique paysage qui entoure Paranal. Bientôt, le Soleil disparaitra derrière l'horizon et les télescopes de Paranal commenceront une nuit d'observation

VISTA est un télescope grand champ, construit pour cartographier le ciel austral en lumière infrarouge avec une haute sensibilité permettant les astronomes de détecter même les plus faibles objets. Le but de ces sondages est de créé un large catalogue d'objets célestes pour des études statistiques et pour identifier de nouveaux objectifs qui pourront être étudiés en détail par le VLT.

 

Liens:


1 octobre 2012

Le volcan Licancabur surplombe Chajnantor

Cette image panoramique impressionnante montre le plateau de Chajnantor, demeure du Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA), avec le majestueux volcan Licancabur en arrière-plan. Surplombé par Licancabur, une forêt de glace de "penitentes" se trouve en avant-plan. Les penitentes sont des curieux phénomènes naturels que l'on trouve dans les régions de haute altitude Ce sont des piques fin de neige et de glace, avec des angles pointant vers le Soleil, atteignant des hauteurs de quelques centimètres jusqu'à quelques mètres. Vous pouvez lire plus sur le penitentes dans une précédente Photo de la Semaine (potw1221).

Le volcan de Licancabur, avec une altitude de 5920 mètres, est un des plus iconiques volcans de la région de San Pedro d'Atacama au Chili. Sa forme conique permet de le reconnaitre facilement même de très loin. Il est situé la plus au Sud de la frontière entre le Chili et la Bolivie. Le volcan contient un des lacs le plus haut du monde dans son cratère. Ce lac a attiré de nombreux biologistes qui veulent étudier les organismes microscopiques y survivant malgré l'environnement hostile des intenses radiations ultraviolettes, l'atmosphère mince et les basses températures. Les stratégies de survie de la vie microscopique du lac de Lincancabur peut nous donner des informations sur la possibilité de vie sur Mars

Cette photo a été prise par Babak Tafreshi, l'un des ambassadeurs photo de l'ESO, près du site ALMA.

ALMA, une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.

 

Liens:


24 septembre 2012

Une dure nuit de travail devant soi

Le coucher du soleil est le signe qu'une nouvelle journée de travail vient de s'achever. Les lumières de la ville s'allument lentement tandis que la population rentre chez soi, impatient de profiter de la soirée et d'une bonne nuit de sommeil. Toutefois, cela ne s'applique pas aux astronomes travaillant dans les observatoires tel que celui de l'ESO à Paranal au Chili. Au moment où le Soleil disparaît derrière l'horizon une nuit d'observation peut enfin commencer, tout doit être prêt avant le crépuscule.

Cette photo panoramique prends le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO sous un beau crépuscule sur Cerro Paranal. Les bordures du VLT sont visible dans l'image tandis que les télescopes, qui se trouvent à l'intérieur, sont preparés pour passer la nuit à etudier l'Univers. Le VLT est le télescope optique le plus avancé au monde, constitué de quatres Unit Telescope avec des miroirs de 8.2 mètres et de quatres 1.8 mètres Auxiliary Telescopes (ATs) mobiles, qui peuvent être vus en bas à gauche de l'image.

Les télescopes peuvent également travailler ensemble pour former un unique télescope géant, le Very Large Telescope Interferometer (VLTI) de l'ESO, qui permet aux astronomes d'observer avec beaucoup de précision. Cette configuration n'est toutefois utilisée que quelques nuits par an. La plupart du temps les 8.2 mètres Unit Telescopes sont utilisés séparément.

Durant les 13 dernières années, le VLT a eu un impact énorme sur l'observation astronomique. Avec l'arrivée du VLT, la communauté européenne d'astronomie est rentrée dans une nouvelle ère de découvertes, les plus notables étant le suivi des étoiles orbitants le trou noir central de la Voie Lactée et la première image d'une exoplanète, qui sont deux des top trois des Top 10 Découvertes Astronomiques de l'ESO.

Les quatres Unit Telescopes du VLT sont nommés d'après des objets célèstes en Mapuche, l'ancienne langue du peuple autochtone du Chili et de l'Argentine. De la gauche à la droite, nous avons Antu (UT1; Le Soleil), Kueyen (UT2; La Lune), Melipal (UT3; La Croix du Sud) et Yepun (UT4; Vénus).

Cette photo a été prise par l'Ambassadeur Photo de l'ESO, Babak Tafreshi.

Cette image est également disponible en tant qu'image murale à l'ESOshop.


23 juillet 2012

Le camp de base de Paranal vu de dessus

Vu du Very Large Telescope de l'ESO sur Cerro Paranal dans le désert chilien d'Atacama, le camp de base de l'observatoire se trouve en-dessous. La Residencia de Paranal, un havre de paix pour ceux travaillant sur la montagne, peut être vu au centre avec le dôme sur son toit. Vers la gauche de la Residencia, de l'autre côté de la route, se trouve le gymnase du camp de base, et vers la gauche de celui-ci se trouve le Mirror Maintenance Building (MMB), où les miroirs géants du VLT sont lavés et revêtus périodiquement. Derrière le MMB se trouve le réseau électrique du site, et plus à gauche encore se trouve les bâtiments pour les travaux mécaniques. Longeant la montagne dans l'avant-plan se trouve le Star Track, un chemin allant de la Residencia au somment.

Le Soleil s'est couché environ un quart d'heure avant que cette photo soit prise, baignant le camp de base dans une couleur orange. Ce crépuscule forment des ombres qui donnent aux collines une grande profondeur. Une telle vue à Paranal ne peut que être vue durant les soi-disant "golden hours" avant le lever du Soleil et après le coucher du soleil, puisque la lumière durant la journée cause des contrastes lumineux.

Cette photographie panoramique a été créée par l'ambassadeur photo de l'ESO Gerhard Hüdepohl.

 

Liens:


25 juin 2012

Mars, 2099?

Une froide journée sur Mars, au milieu de la nuit dans un aride désert, une étroite route illuminée par des lumières artificielles monte vers un avant-poste humain au somment d'une ancienne montagne. Ou du moins, c'est cela qu'un fan de science-fiction pourrait s'imaginer avec cette vue extraterrestre.

Cette photo montre en fait l'observatoire ESO de Paranal, demeure du Very Large Telescope (VLT), sur Terre. Toutefois, c'est facile de se l'imaginer comme une future vue de Mars, peut-être vers la fin du siècle. C'est pour cela que Julien Girard, qui a pris cette photo, l'appelle "Mars 2099".

Situé à 2600 mètres d'altitude, l'observatoire ESO de Paranal se trouve dans l'un des endroits le plus sec et isolé sur Terre, dans le désert chilien d'Atacama. Le paysage est tellement martien que l'Agence Spatiale Européenne (ESA) et la NASA testent leurs robots martiens dans cette région. Par exemple, une équipe de l'ESA a récemment testé robot chercheur se dirigeant tout seul, étant décrit dans ann12048.

Cette image a été prise au crépuscule, orienté vers le Sud-Ouest vers le VLT, depuis le télescope de sondage VISTA sur un sommet adjacent. Vers l'Ouest se trouve l'océan Pacifique. Se dressant du sommet de Paranal, la Voie Lactée peut être vue, marquant le ciel austral la Croix du Sud se dresse.

À Paranal, le ciel peut être si clair et sombre durant les nuits sans Lune que la lumière de la Voie Lactée forme les ombres au sol. C'est pour cela que l'ESO a choisi ce site pour le VLT, et pourquoi l'observatoire bénéficie des meilleures conditions d'observations du monde.

Julien Girard est un astronome de l'ESO travaillant au Chili qui travaille au VLT. Il a joint cette photo au groupe Flickr "Your ESO Pictures". Le groupe FLickr est régulièrement regardé et les meilleures photos sont sélectionnées pour être ajouté aux populaires Photos de la Semaine ou dans notre gallérie. En 2012, marquant le 50eme anniversaire de l'ESO, nous souhaitons la bienvenue au photos historiques de l'ESO.

 

Liens:


18 juin 2012

Le laser de Yepun et les Nuages de Magellan

Un des pire ennemis des astronomes est l'atmosphère terrestre, qui fait apparaitre les objets célestes flou lorsqu'il est observé par des télescopes situés au sol. Pour contrebalancer ceci, les astronomes utilisent une technique appelée l'optique adaptative, dans laquelle des ordinateurs contrôlent les miroirs déformés pour les ajuster cent fois par secondes pour corriger la distorsion de l'atmosphère.

Cette spectaculaire image montre Yepun [1], le quatrième télescope unitaire de 8.2 mètres du Very Large Telescope de l'ESO, lançant un puissant laser jaune vers le ciel. Ce rayon créé un brillant point, une étoile artificielle, dans l'atmosphère terrestre en excitant la couche d'atomes de sodium à une altitude de 90km. Ce Laser Guide Star (LGS) fait parti du système optique adaptative du VLT. La lumière revenant de l'étoile artificielle est utilisée comme référence pour contrôler les miroirs déformés et retire les effets de distorsion de l'atmosphère produisant des images astronomiques aussi nettes que si le télescope se trouvait dans l'espace.

Le laser de Yepun n'est pas la seule chose brillante dans le ciel. Le Grand et Petit Nuages de Magellan peuvent être aperçus, à gauche et à droite du laser respectivement. Ces galaxies naines irrégulières voisines sont des objets remarquables de l'hémisphère Sud et peuvent être facilement observés à l'oeil nu. L'étoile proéminente à droite du Grand Nuage de Magellan est Canopus, l'étoile la plus brillante de la constellation de la Carène tandis que en haut à gauche de l'image est Achernar, la plus brillante constellation Éridan.

Cette image a été prise par Babak Tafreshi, un ambassadeur photo de l'ESO.

 

Notes:

[1] Les quatre télescopes unitaires du VLT sont nommés d'après des objets céleste dans la langue Mapuche. Les télescopes unitaires (UTs) sont nommés: Antu (UT1, le Soleil), Kueyen (UT2, la Lune), Melipal (UT3, la Croix du Sud) et Yepun (UT4, Venus)

Liens:


28 mai 2012

La Voie Lactée australe au-dessus d'ALMA

L'Ambassadeur Photo ESO Babak Tafreshi a pris cette remarquable photo des antennes de l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) avec la Voie Lactée le surplombant. Les richesses du ciel dans l'image prouvent que les conditions sont excellentes pour l'astronomie sur le Chajnantor plateau, se trouvant à 5000 mètres d'altitude dans la région d'Atacama au Chili.

Cette vue montre les constellations de la Carène et des Voiles. Les sombres nuages de poussières de la Voie Lactée vont du milieu en haut à gauche au milieu en bas à droite. La brillante étoile orange en haut à gauche est Suhail dans les Voiles, tandis que l'étoile orange similaire en haut au milieu est Avior dans la Carène. Parmis les trois brillantes étoiles bleues qui forment un "L", les deux à gauche appartiennent aux Voiles tandis que celle à droite appartient à la Carène. Exactement au centre de l'image en-dessous de ces étoiles se trouve la nébuleuse de la Caréne brillant de sa couleur rose. (eso1208)

L'ESO, le partenaire européen de l'ALMA, fournit 25 des 66 antennes qui forment le télescope complet. Les deux antennes les plus proches de la caméra, sur lesquels vous pouvez aperçevoir les inscriptions "DA-43" et "DA-41", sont des exemples de ces antennes européennes. La construction d'ALMA devrait être finit en 2013, mais les télescopes font déjà des observations scientifiques avec les antennes operationnelles.

Babak Tafreshi est le fondateur de The World At Night, un programme pour créer et montrer une collection de magnifiques photographies et vidéos time-lapse des plus beaux sites historiques du monde sous les étoiles, planètes et événements célestes.

ALMA, une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.

 


21 mai 2012

Pénitents de glace au clair de Lune à Chajnantor

Babak Tafreshi, l'un des ambassadeurs photo de l'ESO, a pris ce curieux phénomène sur le plateau de Chajnantor, le site du Atacama Large Millimeter/submillimeter array (ALMA).

Ces formations bizarres de neige et de glace sont connus sous le nom de pénitents. Ils sont illuminés par le clair de Lune, visible sur la droite de la photo. Sur la gauche, plus haut dans le ciel, le Grand et Petit Nuages de Magellan peuvent être aperçus, tandis que la lueur rougeâtre de la nébuleuse de la Carène apparat près de l'horizon tout à gauche.

Les penitentes sont des merveilles naturels se trouvant dans les régions de haute altitude tel que les Andes chiliennes, typiquement à plus de 4000 mètres d'altitude. Ce sont des fines pointes et lames de neige dure et de glace qui se forment souvent en amas avec leur lame pointant vers le Soleil. Ils peuvent atteindre des hauteurs allant de quelques centimètres, ressemblant à de la glace jusqu'à cinq mètres, donnant l'impression d'une forêt de glace au milieu du désert.

Les détails du mécanisme formant ces pénitents ne sont toujours pas compris. Pendant de nombreuses années, la population des Andes croyaient que les pénitentes étaient dus aux forts vents dans les montagnes des Andes. Toutefois, les forts vents n'ont qu'un faible rôle dans la formation des penitentes. De nos jours on croit qu'ils sont dus à une combinaison de phénomènes physiques.

Le processus commence avec la lumière du Soleil brillant sur la surface de la neige. À cause des conditions très secs dans ces régions désertiques, la glace a tendance à ce sublimer directement que de fondre, elle passe directement de l'état solide à l'état gazeux sans fondre et passer par l'état liquide. La dépression surfacique dans le piège à neige réfléchie la lumière, causant la sublimation plus profonde des pénitentes. Dans ces cuvettes, la haut température et l'humidité permettent la fonte. Ceci accélère la formation de ces structures caractéristique que sont les pénitents.

Ces statues de glace sont nommées d'après les chapeaux pointus des nazarenos, les membres d'une confrérie qui participe dans des processions de Pâques autour du globe. Ce n'est pas dur de se les imaginer telles une assemblée de moines de glace, se rassemblant au clair de Lune.

Cette image a été prise à côté de la route qui mène vers ALMA. L'observatoire, qui a commencé des opérations scientifiques le 30 Septembre 2011, consistera de 66 antennes de haute précision connectées ensembles tel un unique télescope.

ALMA, une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.

 

Liens:


7 mai 2012

Trois très différents télescopes à La Silla

L'ESO a cinquante ans cette année, pour célébrer cet anniversaire important nous allons vous montrer des morceaux de notre histoire. Une fois par mois durant 2012, une Photo de la Semaine comparant le Passé et le Présent montrera comment les choses ont changé durant les décennies au observatoires de La Silla et de Paranal, les installations ESO à Santiago du Chili et le Siège Social à Garching / Munich, Allemagne.

Ces deux photos ont été prises sur le plus haut sommet de La Silla, une montagne culminant à 2400 mètres d'altitude, à la frontière du désert chilien d'Atacama. La Silla était le premier observatoire de l'ESO. La photo historique, prise en 1975, montre quelques-uns des camions et autres équipements utilisés pour la construction du dôme du télescope ESO de 3.6 metres, qui se trouve derrière le photographe. Sur la gauche se trouvent les réservoirs d'eau du site.

Dans la photo actuelle, trois nouveaux télescopes sont apparus, tous très différents l'un de l'autre. Sur la droite des réservoirs d'eau se trouve le New Technology Telescope (NTT) de l'ESO, qui a observé pour la première fois le 23 Mars 1989. Ce télescope de 3.58 mètres était le premier ayant un miroir principal contrôlé par ordinateur, on pouvait ajuster sa forme durant les observations pour optimiser la qualité d'image. L'abris octogonal abritant le NTT est une autre révolution technologique, ventilé par un système de volets qui fait passer un faible courant d'air à travers le miroir, reduisant ainsi les turbulences et permettant de prendre des images plus nettes.

Sur la droite du NTT se trouve le télescope Suisse Leonhard Euler de 1.2 mètres, qui a un dôme de forme plus traditionnel. Il est exploité par l'observatoire de Genève à l'Université de Genève en Suisse, il a observé pour la première fois le 12 Avril 1998. Il est utilisé pour la recherche d'exoplanètes dans le ciel austral; sa première découverte étant une planète orbitant autour de l'étoile Gliese 86 (Voir eso9855). Le télescope observe également les étoiles variables, les sursauts de rayons gamma et les noyaux actifs des galaxies.

Dans l'avant-plan sur la droite se trouve un bâtiment surnommé le sarcophage. Il abrite le TAROT (Télescope à Action Rapide pour les Objets Transitoires) qui a été mis en place à La Silla le 15 Septembre 2006. Ce rapide et petit télescope robotique réagit très rapidement aux alertes satellites signalant des sursauts de rayons gamma. L'observation de ces explosions cosmiques permet aux astronomees d'étudier la formation des trous noirs et l'évolution des étoiles dans l'Univers primordial. TAROT est exploité par un consortium dirigé par Michel Boër de l'Observatoire de Haut Provence en France.

Le NTT est exploité par l'ESO tandis que le télescope Leonhard Euler et TAROT sont des télescopes nationaux se trouvant à La Silla. De nos jours, 40 ans après son inauguration, La Silla reste au devant de l'astronomie.

Links


16 avril 2012

APEX, la sentinelle sur Chajnantor

L'Atacama Pathfinder Experiment (APEX) télescope regarde vers le ciel durant une brillante nuit éclairée par la Lune sur Chajnantor, l'un des plus haut et plus sec site d'observatoire du monde. Des trésors astronomiques remplissent le ciel au-dessus du télescope, une preuve des excellentes conditions offertes par ce site dans la région d'Atacama au Chili.

Sur le côté gauche brille une étoile qui forme la queue de la constellation du Scorpion. L'aiguillon du Scorpion est représentée par deux étoiles brillantes particulièrement proche l'une de l'autre. Traversant le ciel et ressemblant à une bande de faibles nuages lumineux est le plan de la Voie Lactée.

Entre le Scorpion et la prochaine constellation vers la droite, le Sagittaire, qui se trouve au-dessus de l'antenne d'APEX, un amas d'étoiles étincelantes peut être clairement vu. C'est l'amas ouvert de Messier 7, connu comme l'amas de Ptolémée. En-dessous de Messier 7 et un peu à droite se trouve l'amas du Papillon, Messier 6. Plus à droite, juste au-dessus de l'antenne d'APEX se trouve un faible nuage qui ressemble à une sombre tache. C'est la fameuse nébuleuse de la Lagune (Voir eso0936 pour une vue rapprochée).

Avec un disque primaire de 12 mètres, APEX est le plus grand télescope à disque unique observant dans les longueurs d'onde submillimétriques de l'hémisphère Sud. Comme le nom l'indique, c'est un essai pour le plus grand observatoire submillimétrique du monde, l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA), qui sera fini en 2013 (eso1137). APEX partagera le plateau de Chajnantor avec les 66 antennes d'ALMA à 5000 mètres d'altitude au Chili. Le télescope APEX est un prototype d'antenne construit pour le projet ALMA et il trouvera de nombreux objectifs qu'ALMA sera capable d'étudier en détail.

L'ambassadeur photo de l'ESO Babak Tafreshi a pris ce panorama en utilisant un objectif de longue focale. Babak est également le fondateur de "The World at Night", un programme créé pour créer et montrer une collection d'étonnantes photos et de vidéos time-lapse des plus beaux sites historiques surplombés par les étoiles, planètes et événements célestes. 

 

Plus d'informations:

APEX est une collaboration entre le Max-Planck-Institut für Radioastronomie (MPIfR), l'Onsala Space Observatory (OSO), et l'ESO, avec les operations étant confiées à l'ESO.

ALMA, une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.

Liens:


6 février 2012

Un voyage à travers le temps, comment les télescopes, et voitures ont changés à La Silla

L'ESO a cinquante ans cette année, pour célébrer cet anniversaire important nous allons vous montrer des morceaux de notre histoire. Une fois par mois durant 2012, une Photo de la Semaine comparant le Passé et le Présent montrera comment les choses ont changé durant les décennies au observatoires de La Silla et de Paranal, les installations ESO à Santiago du Chili et le Siège Social à Garching / Munich, Allemagne.

Ces deux photos montrent l'observatoire de La Silla en 1960 et de nos jours. On peut examiner les différence entre les deux photos avec cette comparaison. Les télescopes sont les seuls choses qui ont changé, les voitures dans les photos montrent également le temps qui s'est écoulé. La Volkswagen 1 Variant dans la première image a été remplacée dans la seconde image par une Suzuki 4WD. De nos jours, tout les véhicules ESO à La Silla sont blancs pour ameliorer la visibilité de nuit.

Le télescope se trouvant seul au centre de l'image historique est le télescope ESO "Schmidt" de 1 mètre, commençant à observer en 1971. Il utilisait des assiettes photographiques pour prendre des images grand champ du ciel austral, qui pouvait contenir 64 fois la pleine Lune. Les bâtiments longeant la droite de l'image sont les endroits où les astronomes avaient l'habitude de dormir.

De nos jours, deux autres télescopes sont apparus. Sur la gauche se trouve le télescope MPG/ESO de 2.2 mètres, en service depuis 1984. En fait, l'image actuelle n'a pas pu être prise au même endroit que l'image historique car sinon il aurait bloqué la vue! Sur le sommet à droite se trouve le New Technology Telescope (NTT) mis en service en 1989. Ces deux télescopes ont eu d'énormes succes au cours des années et sont encore exploités. Les logements des astronomes ont été remplacés par un "hôtel" plus confortable sur le bord du site.

Pour ce qui est du télescope Schmidt, se trouvant encore au milieu, son appareil photo a été démantelé en Décembre 1998, mais il vit encore en tant que télescope de projet. Il est utilisé pour le LaSilla-QUEST Variable Survey: une recherche pour des objets transitant dans le ciel austral, tel que des planètes naines de la taille de Pluto ou des supernovas. Son nouvel appareil photo a une mosaïque de 112 CCD, avec un total de 160 millions de pixels, un excellent exemple de comment la nouvelle technologie peut permetrre une seconde vie aux vieux télescopes!

Links


  1  
Affiche de 1 à 16 de 16
Bookmark and Share

Voir aussi notre